bleach-désolation Index du Forum
bleach-désolation
Forum RPG entièrement cadré sur l'univers du manga Bleach !
 
bleach-désolation Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Agiri Saïgo Story... ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    bleach-désolation Index du Forum -> Hors RPG -> Archives
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Agiri Saïgo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 21 Aoû - 22:26 (2009)    Sujet du message: Agiri Saïgo Story... Répondre en citant

Agiri
Misaki


Moi Yoshikazu Misaki plus connu sous le nom de Yomi de mon vivant suis né dans le monde des humains à l'époque Azumi Momoyama,à Kyoto au Japon vers 1600 plus précisément en 1603 avec une particularité, j'ai eu des cheveux longs et argentés dés la naissance. Comme tout le monde j'avais des rêves mais j'en avais qui prit son éclosion à l'âge de 7 ans :

Comment ? Tu veux être un samouraï ?

Oui est ceux depuis ma naissance...

Tu veux tant ressembler à ton père

Nan contrairement à lui je veux faire honneur au miens lui n'ai qu'un simple soldat alors que moi je vise plus haut...

Plus haut ?

Oui l'élite des samouraïs afin de ressembler à Hideyoshi Toyotomi tu sais celui dont on comte les fabuleuses histoires qui ont fait le tour du Pays.


Alors comme ça tu veux lui ressembler ?


Une partie de la conversation avec ma camarade avait été entendue par quelqu'un que je connaissais très bien, il s'agissait de ce soldat, cet homme faible qui était la risée de la ville, cet homme qui était mon propre père. Mon éducation allait être prise en main, l'éducation d'un futur samouraï.


Dans la tradition, le fils de Samouraï était soumis à une discipline très stricte. Le temps des caresses maternelles est douloureusement court. Avant même d'avoir vêtu son premier pantalon, on l'avait soustrait autant que possible aux tendres contacts et on lui avait appris à réprimer les élans affectueux de l'enfance. Tout plaisir oisif était rigoureusement mesuré et le confort lui-même proscrit, sauf en cas de maladie. Ainsi, dès le moment où il sut parler, on l'enjoignit de considérer le devoir comme le seul guide de son existence, le contrôle de soi comme la première règle de conduite, la souffrance et la mort comme des accidents sans importance du point de vue individuel.
Cette éducation spartiate n'allait pas sans impératifs beaucoup plus contraignants, destinés à développer une impassibilité totale dont l'enfant ne devait jamais se départir, hormis l'intimité de la maison. On accoutumait les garçonnets à la vue du sang en les forçant à assister à des exécutions. Ils ne devaient manifester aucune émotion. De retour chez eux, on les obligeait à manger un grand plat de riz coloré en rouge sang par l'adjonction d'un jus de prunes salé, afin de réprimer tout sentiment d'horreur secret. Des épreuves encore plus pénibles pouvaient être imposées, même aux très jeunes enfants. A titre d'exemple, on les contraignait à se rendre seuls, à minuit, sur les lieux du supplice, et à en rapporter la tête d'un des condamnés pour preuve de leur courage. En effet, la crainte des morts était jugée tout aussi méprisable de la part d'un samouraï que celle des vivants. Le jeune samouraï devait apprendre à se prémunir contre toutes les peurs. Dans toutes ces épreuves, le plus parfait stoïcisme était exigé. Toute fanfaronnade n'eût pas été considérée avec plus d'indulgence que le moindre signe de lâcheté.
En grandissant, l'enfant devait se satisfaire, en guise de distractions, de ces exercices physiques qui, très vite et pour le restant de ses jours, préparent le samouraï à la guerre: tir à l'archttp://fr.wikipedia.org/wiki/Tir_%C3%A0_l%27arc, équitation, lutte, escrime. On lui choisissait des compagnons parmi les fils des domestiques, plus âgés que lui et sélectionnés pour leur habileté dans l'exercice des arts martiaux. Ses repas, bien qu'abondants, n'étaient pas très raffinés, ses tenues légères et rudimentaires, sauf à l'occasion des grandes cérémonies. Lorsqu'il étudiait, en hiver, s'il arrivait qu'il eût si froid aux mains qu'il ne puisse plus se servir de son pinceau, on lui ordonnait de plonger dans l'eau glacée pour rétablir la circulation. Si le gel engourdissait les pieds, on l'obligeait à courir dans la neige. Plus draconien était encore l'entraînement militaire proprement dit : l'enfant apprenait de bonne heure que la petite épée à sa ceinture n'était ni un ornement, ni un jouet.
L'éducation religieuse du jeune samouraï n'était pas moins singulière. On lui apprenait à vénérer les dieux anciens et les esprits de ses ancêtres. On l'initiait à la foi et à la philosophie bouddhiques et on lui enseignait l'éthique chinoise.
Peu à peu, à mesure qu'il passait de l'enfance à l'adolescence, la surveillance à laquelle il était soumis allait s'amenuisant. On le laissait de plus en plus libre d'agir selon son propre jugement, avec la certitude qu'on ne lui pardonnerait pas la moindre erreur, qu'il se repentirait toute sa vie d'une offense grave et qu'un reproche mérité était plus à redouter que la mort même.
Aussi, protégé par les mœurs candides de la vie du vieux Japon, le jeune samouraï gardait en grandissant une pureté d'esprit et une simplicité de cœur exceptionnelles.


Un samouraï n'ayant pas de rattachement à un clan ou à un daimyo (seigneur féodal) était appelé un ronin Un samouraï qui était un vassal direct du shogun était appelé hatamoto.
Cependant, tous les soldats n'étaient pas samouraïs, ceux-ci constituant une élite équivalent en quelque sorte aux chevaliers européens ; l'armée, à partir de la période Kamakura, reposait sur de larges troupes de fantassins de base nommés ashigaru et recrutés principalement parmi les paysans.
Le samouraï a utilisé environ 40 armes. Le Bushido a enseigné que l'âme du samouraï est dans le katana (grand sabre) qu'il porte. Quand un enfant avait atteint l'âge de 13 ans, il pouvait obtenir un  wakizashi  (petit sabre) et un nom d'adulte lors d'une cérémonie appelée "Genpuku" (元服). Lors de cette cérémonie, il devenait samouraï. Il obtenait aussi le droit à porter un katana, mais l'épée était normalement fermée avec de la ficelle pour prévenir les accidents. Un katana et un wakizashi  ensemble sont appelés un daisho(littéralement : "grand et petit").
Le wakizashi  était "la lame d'honneur" d'un samouraï et il ne quittait jamais son côté. Le samouraï dormait avec sous son oreiller et l'emmenait avec lui quand il entrait dans une maison et devait laisser ses armes principales dehors.
Le tanto était un petit poignard, et il était porté quelques fois à la place du wakizashi  dans un daisho. Il était utilisé quand un samouraï devait faire seppuku ou hara-kiri (suicide). Cependant, placé dans le keikogi ("vêtement d'entraînement"), le tanto se révèle être une arme de poing très utilisée pour les assassinats ou les combats rapprochés.
L'arme favorite du samouraï était le yumi (l'arc). Le yumi resta inchangé jusqu'à l'apparition de la poudre à canon et des fusils au XVIe siècle. L'arc à poulies de style japonais n'était pas une arme très puissante en comparaison avec l'arc classique d'Eurasie.



C'est ainsi que j'étais devenu l'un des plus grands guerriers de mon époque. Une lettre avait été envoyée le jour de mes 21 ans, ce jour était sans doute le plus beau de toute ma vie. Cette avec ma famille et mes amis que j'allais ouvrir cette lettre déposée par un membre du personnel de l' Empereur :
Nan tu fait partie de l'Elite ? Toute mes félicitations mon chéri !



Merci..mère



C'est incroyable rajoutèrent tous en coeur mes amis. Cependant tout le monde n'était pas heureux cette soirée là, je pensais à cet homme qui m'avait fait tant souffrir pour mon bien, cet homme qui s'est rendu compte de son « erreur » en m'aidant à réussir mon rêve cet homme était mon père.
Je pris mes fonctions à Edo (anciennement Tokyo) la semaine qui venait sous les ordres de notre Empereur. Les gens disaient de moi que j'étais un jeune prodige mais ce n'était pas étonnant car en quelques temps à peine j'avais appris un nouvel art martial à nos hommes celui-ci était connu sous le nom de Karaté et gagné de nombreuses batailles pour mon peuple.



Mais un triste jour alors que je dormais paisiblement je fus poignardé par mon père. Le lendemain on apprit ma triste mort faite par un lâche , l'affaire avait fait le tour de tout le pays, ma mère en fut la première surprise ce qui n'était pas le cas de l'autre personne qui s'était occupé de moi, mon père. Car ce dernier était présent à Edo ce jour-là, il s'était installé dans une auberge non loin de moi. Tout le monde savait que mon père ne me traitait plus comme un fils mais comme un rival qu'il méprisait comme rien au monde. Lors de ma fameuse dernière nuit celui-ci s'introduit chez moi alors que les gardes qui étaient censé surveiller les lieux ils dormaient paisiblement. Ce dernier s'introduit dans ma chambre et me planta sa lame la mieux aiguisée en plein coeur je perdis la vie sur le coup.



Je voyais cet homme pousser des hurlements de joie, je remarquais alors que mon corps était en dessous de moi alors que moi j'étais au dessus, je ne pouvait rien faire pour faire taire cet homme. J'ai commencé a éré pendant des jours et des jours quand un beau matin d'automne, un homme en kimono noir avec un katana à la hanche, arriva juste en face de moi, ce dernier m'annonça qu'il était un dieu de la mort et qu'il avait pour but de purifier les âmes de Hollows monstres qui attaques les âmes érrantes tels que moi. En parlant de Hollow, l'un d'entre eux s'était discrètement approché de nous. Celui-ci bondit sur nous, le Shinigami d'un coup de son épée le fit disparaître. Il me dit que c'était un des moyens de purifier les âmes de Hollows et d'un coup du bout du pommeau de son arme, il m'envoya dans un monde qui était inconnu à mes yeux, il s'agissait du monde des morts au coeur pur plus connu sous le nom de...Soul Society. A mon réveil j'étais dans un champ en dehors de la ville la plus proche. N'ayant aucun endroit où aller j'étais parti demander où me loger dans cette ville mais je trouvais bien mieux. Cette personne était en fait...

Tu es bien Yoshikazu Misaki ?

Oui pourquoi ?

Je suis...laisse tomber le plus important est que tu me suives.

L'homme mystérieux posa la main sur le front de notre ami et disparurent tous les deux dans un endroit inconnu de toutes les personnes vivants dans la Soul Society


HS : A suivre


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 21 Aoû - 22:26 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Chrome Dokuro
EX-shinigami

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juin 2009
Messages: 23
rang: Ex Vice-capitaine
Division: Division 10
Attaque: 30
Défense: 30
Vitesse: 30
Niveau: 1
Santé: 100%
Argent: 1000£
Reiatsu: 100%

MessagePosté le: Sam 22 Aoû - 16:10 (2009)    Sujet du message: Agiri Saïgo Story... Répondre en citant

t'as le choix entre :
simple shinigami
5ème siège
3ème siège
Vice-capitaine

A toi de répartir tes point, et tu commence niveau 1 comme tout le monde, le staff te souhaite une bonne continuation. et ne continue pas je t'en pris, les histoire me donne la migraine et viens défendre la soul society avec moi si tu veux, sa te fera exp


Revenir en haut
Yamamoto Takeshi
Shinigami

Hors ligne

Inscrit le: 23 Mai 2009
Messages: 53
rang: Shinigami
Division: Division 6
Attaque: 50
Défense: 50
Vitesse: 50
Niveau: 1
Santé: 100%
Argent: 1500£
Reiatsu: 100%

MessagePosté le: Sam 22 Aoû - 20:13 (2009)    Sujet du message: Agiri Saïgo Story... Répondre en citant



Bien, Valider... 
Va dans Le topic Fiche techniques pour décrir ton Zampakhuto, Ton Shikai puis ton bankai si tu choisi d'ètre Vice-Capitaine  
__________________________________________________ 
Puis BiEnVeNuE SuR bLeAcH déSoLaTiOn 

 



Revenir en haut
Agiri Saïgo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 22 Aoû - 20:16 (2009)    Sujet du message: Agiri Saïgo Story... Répondre en citant

Ouaip merci beaucoup 

Revenir en haut
Yamamoto Takeshi
Shinigami

Hors ligne

Inscrit le: 23 Mai 2009
Messages: 53
rang: Shinigami
Division: Division 6
Attaque: 50
Défense: 50
Vitesse: 50
Niveau: 1
Santé: 100%
Argent: 1500£
Reiatsu: 100%

MessagePosté le: Sam 22 Aoû - 20:22 (2009)    Sujet du message: Agiri Saïgo Story... Répondre en citant

De rien mais alor tu choisi quoi comme rang... Simple Shinigami, 5 ème siège,3ème siège ou Vice-Capitaine? 


Revenir en haut
Agiri Saïgo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 23 Aoû - 12:01 (2009)    Sujet du message: Agiri Saïgo Story... Répondre en citant

Vice-capitaine

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:58 (2017)    Sujet du message: Agiri Saïgo Story...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    bleach-désolation Index du Forum -> Hors RPG -> Archives Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com